Interviews


Cédric Fleuton - 3 ème aux championnats du monde de trail 2017

Pour Courir Pour Des Pommes, Cédric Fleureton, le coureur en forme du moment, revient sur ses Championnats du Monde de Trail en Italie la semaine dernière. 

CPDP: Merci Cédric de nous accorder ces quelques minutes. 
Tout d'abord félicitations pour ta très belle 3ème place aux Championnats du monde de Trail de Badia Prataglia en Italie. 
Comment s'est passée ta course? 

CF: une belle course, où, un poil déçu je le dis, j'étais venu pour gagner! 
Je prends rapidement les commandes de la course, tout se passe très bien, les sensations sont bonnes, la machine répond bien, et je me freine même. 

Je reste en tête les 40 premiers kilomètres (sur 48) avant de sombrer physiquement les jambes tétanisées par des crampes prises dans un passage caillouteux, puis de me faire rattraper par l'espagnol Luis Alberto Hernando. 

Obligé de marcher, m'étirer, les 5 derniers kilomètres en descente, que j'avais reconnu la veille, ont été un véritable calvaire, au point que la kinésithérapeute de l'équipe de France était à deux doigts de me faire récupérer par les médecins sur la dernière bosse. 

Je n'ai pas vu venir ce véritable mur que je n'avais jamais connu avant. 
Le même mur que l'on peut rencontrer sur les marathons. 

 CPDP: Depuis tes récents débuts en Trail, tu ne cours jamais avec des bâtons. 
Tes formats de courses s'allongeant, penses tu y venir? 
Penses tu surtout que cette stratégie sans bâtons te coûte la victoire? 

 CF: Je me suis posé beaucoup de questions a ce sujet, notamment lors du stage avec l'équipe de France et son entraîneur, Philippe Propage. 
Je n'étais pas prêt à les utiliser car pas préparé, mais je vais certainement y venir rapidement. 

Ma pratique régulière de la natation et du ski de randonnée sont de véritables avantages de ce point de vue. 

Je me rends compte que pendant la course, dans les bosses raides, les descentes importantes, ça aurait certainement été avantageux. 
Ça m'aurait permis de reposer mes muscles. 

Et puis il y a aussi le fait que je ne sais pas marcher pendant les courses alors que c'est primordial dans le Trail sur des dénivelés aussi importants. 
Le fait de vouloir courir partout m'a mis en sur-régime. 

Plusieurs paramètres rentrent en compte dans ce débriefing de course. Ça me servira pour la suite. 

 CPDP: Vainqueurs en titre des dernières éditions du Marathon du Mont Blanc et des Championnats de France de Trail, vas tu défendre ces titres? 

 CF: Non, je ne pense pas. 
Prochains objectifs, les Championnats du monde Swimrun en Suède, ÖTILLÖ race, en septembre en binôme avec David Hauss (Champion d'Europe de Triathlon 2015) puis les Championnats du monde Xterra (Off-Road Triathlon) à Hawaï, en octobre. 

Avant cela je vais aller en Suisse sur la Sierre-Zinal, parcours d'une trentaine de kilomètres avec pas mal de dénivelé. 
De quoi me faire plaisir. 

 CPDP: Et l'an prochain? 

 CF: Du fait de mon podium aux Championnats du monde de Trail, je suis qualifié d'office pour la prochaine édition qui aura lieu en Espagne sur un parcours de 80 kilomètres, plus long que ce que je ne connais déjà. 

À moi de m'entraîner cet hiver pour, pourquoi pas, prendre ma revanche. 

 CPDP: Merci Cedric. À bientôt.